Votre Abonnement gratuit
Le forum actualités.
Accueil le webzine .

e-zine Patrick ZELNIK Pascal Nègre








TAM TAM, ETC., une émission de Pascale Clark sur France Inter, recevait le vendredi 23 Janvier 2004, Patrick ZELNIK, président du label Naive et Président de l'UPFI (Union des Producteurs phonographiques Français Indépendants) et Pascal Nègre, président
De Universal Music France
Selon son président, Universal Music France se situe dans cette moyenne de baisse...quant à Naive, sont chiffre d’affaire est en hausse de 30% en 2003, représentant 3% du marché français... pour mesurer cette donnée, il faut rappeler que Naive a seulemen
T cinq ans d’existence... et Carla Bruni n’est pas la seule responsable des 32 millions d’euros de chiffre d’affaire !...

Dialogue instructif, que l’on pourrait sous-titrer, des Anciens contre les Modernes, en référence à Charles Perrault. Dialogue commenté par Ternoise (avec internet dans le rôle des bottes de sept lieues)...
Dialogue dont il convient de mettre en exergue une remarque de Patrick ZELNIK: la piraterie témoigne d’une crise plus profonde de l’offre du disque.

Patrick ZELNIK : Avant de s’intéresser aux autres causes de la crise du disque, c’est vrai qu’il va falloir résoudre le problème de la piraterie et la contrecarrer efficacement. Mais pour le reste, pour moi, la principale cause, au niveau économique, c’e
St la concentration. La concentration du marché (...) actuellement 5 sociétés qui se partagent à peu près 80% du marché mondial (...) concentration au niveau des médias, quelques réseaux FM, et concentration au niveau de la distribution...

Patrick ZELNIK : le disque est un marché d’offres. Les gens ne peuvent acheter que ce qui leur est offert. On n’a jamais autant parlé de diversité musicale mais on assiste à un phénomène qui nous éloigne de cette diversité...
L’industrialisation du disque a entraîné sa banalisation, sa standardisation...
La concentration a aussi un effet d’éviction sur les petits... linéaires des magasins... plays listes des radios... télévisions...
Vous ne pouvez avoir de diversité s’il n’y a pas assez d’acteurs sur les marchés...
L’industrie a pris le pas sur l’aspect culturel..

Pascal Nègre : si je regarde les dix dernières années, y’a jamais eu autant de création...
Y’a jamais eu autant de richesse de création...
205 millions de chansons téléchargées par mois. C’est la raison fondamentale et majeure. L’autre problème on le connaît : c’est qu’aujourd’hui on a une TVA qui est excessive...

Pascale Clark : qu’est-ce qui vous empêche de vendre moins cher ?
Pascal Nègre : si on baisse le prix de 10%, il faut vendre 1/3 de plus...

Patrick ZELNIK : ...6o disquaires en France..
Pascal Nègre : mais enfin, y’a Virgin Megastor, y’a la Fnac, qui font un travail de disquaire...

Peut-être Pascal Nègre ignore l’existence d’individus disséminés loin des grandes villes !
Les grandes surfaces, c’est la solution idéale des Majors : des rayons limités à leurs produits ! ...

Patrick ZELNIK : le tout marketing va tuer le disque
Pascal Nègre : vous n’avez pas le droit de me dire à moi qu’on produit pas de belles choses... j’ai pas le sentiment de produire des disques de mauvaise qualité... si la musique était si mauvaise il y aurait pas 250 millions de titres téléchargés par moi
S...

Patrick ZELNIK : 100 000 euros pour faire l’album... budget marketing : 1 million d’euros pour être visible sur le marché. Dans un métier de création c’est absurde. Le disque au départ c’est un métier d’artisanat. On ne peut pas parler d’artisanat quand
Il faut vendre 100 000 albums pour amortir son investissement de départ.

La situation de Pascal Nègre semble difficilement tenable ! il n’amusera pas longtemps ses actionnaires avec des montagnes d’indignations, ses appels aux pouvoirs publics (baissez la tva, réprimez les internautes...)
Les industriels du disque sont pris à leur propre jeu : à force de faire de la chanson un produit banal... la majorité des relégués en simples pigeons sont prêts à télécharger gratuitement leurs nouveautés présentées à coup de matraquage mais pas à les p
Ayer.
Certes ces majors lancent des offres de téléchargement payant... ce qui témoigne d’un manque de réactivité affligeant !... Attendre le mur avant d’essayer de trouver une solution...
Les erreurs de Pascal Nègre ne lui seront sûrement pas pardonnées... si Vodafone lance une OPA sur Vivendi Universal pour mettre la main sur SFR et dépèce le groupe, la musique passera sous un autre pavillon ... et alors...

Le choix des majors : une politique de qualité (mais les produits marketing sont rentables !) ou assumer la logique industrielle, laisser tomber les quelques artistes label culturel, briser le sujet tabou du droit d’auteur (il doit être frustrant pour u
N groupe comme Universal de savoir que des droits d’auteurs colossaux reviennent à des auteurs, compositeurs qui n’ont fait qu’appliquer quelques recettes... qui ont eu la chance d’être de la bonne écurie...)
Le dépeçage d’ Universal Music marquera l’échec d’une approche de la musique, ce rachat durant des décennies des producteurs indépendants qu’on appelle maintenant mythiques...

NAIVE est un espoir... le prochain indépendant qui réussira sera sûrement celui qui en plus d’un catalogue de qualité saura s’appuyer sur internet pour réduire les coûts du marketing...

La musique se scindera alors de plus en plus en produits industriels (pour lesquels le passage au copyright serait logique ; un salarié avec un dictionnaire de rimes et un ordinateur en guise de solfège pouvant pondre un résultat suffisant) et musique de
Création (où primera le droit d’auteur)
Si on ne peut reprocher aux majors d’être dans leur logique industrielle, il en est tout autrement dans la politique culturelle du pays ou d’organismes tels que la SACEM ou le FCM (fond de création musicale)

Dans cette physionomie, internet est une chance : en musique, comme en littérature, la marchandise grand public se vendra en grandes surfaces et le reste sera quasi uniquement accessible via internet






Je donne mon avis



vingt : page suivante : -annonces gratuites bonjour paruvendu

Voir Le créateur du webzine

webzine de référence





webzine sur actualité

sur le forum : autopublication méfiez-vous des imitations
LIRE PROPOS et commentaires.